photo chocolat
Le chocolat dans tous ses états!

MARTHE – Pâte à tartiner Amande & Noisette

225 grammes

3 mai 2020 :

Noisette* 25%, sucre glace*, chocolat au lait* (sucre, beurre de cacao, lait en poudre, cacao, extrait de vanille), sucre*, amande* 14%, huile de tournesol*, lait en poudre*, cacao amer*

* ingrédients issus de l’agriculture biologique

Autant l’annoncer immédiatement, cette pâte à tartiner est une vraie tuerie !

Marthe, talentueuse cuisinière, dont les recettes familiales se sont transmises de génération en génération et sont désormais réinterprétées par son arrière-petit-fils Nicolas, épaulé par sa compagne Clélia, serait sans doute émerveillée de découvrir que sa rustique auberge est devenue un très bel hôtel-restaurant, soucieux de préserver les valeurs familiales, d’apporter du confort et de faire goûter aux voyageurs les joies de la culture et de la gastronomie locales.

En dépit de sa modestie, elle aurait alors à cœur, parce que fière de la réussite de ses descendants, de quitter son Cabrerets natal pour se rendre à quelques kilomètres de là, dans l’un des plus beaux villages de France : Saint-Cirq-Lapopie. Sur place, elle y pousserait la porte d’une charmante boutique, à son nom, aux couleurs claires, naturelles, proposant des produits de dégustation 100 % maison, où elle serait reçue par Cathy, une chaleureuse et non moins professionnelle hôtesse.

Plus certainement encore laisserait-elle un grand sourire éclairer son visage après avoir humé, plongé sa touillette et goûté à cette pâte à tartiner dont Cathy lui aurait ouvert un pot.

Car oui, cette pâte-là porte, très certainement, la patte gourmande de Marthe, la patte de celle dont le savoir-faire était associé à l’envie de faire plaisir aux autres. Elle est alléchante, craquante. Régressive à souhait.

Sa couleur oscille, en fonction de la luminosité ambiante, entre le beige et l’ambre, le fauve, le mordoré, le caramel ou le tabac et verse dans la peinture pointilliste en raison de ces petits grains plus sombres qui transpercent. Son étiquette joue la sobriété et la sérénité, le naturel et l’élégance.

La surface de la pâte est mate. Elle semble dense, voire rugueuse ou rêche, suggérant, dans son giron, une vitalité frémissante, une richesse fournie par les ressources de la nature. Son parfum, d’abord discret, exhale peu à peu des notes torréfiées intenses, savamment modulées par le sucre : c’est l’odeur enivrante d’un praliné, dominé par la noisette, qui fait saliver, qui secoue les papilles.

La coriacité de la pâte se confirme à l’entame. Sa texture et sa consistance sont granuleuses, sèches, friables, sans onctuosité. Pas de déception qui tienne : il suffit de faire réchauffer quelques secondes le pot pour que la pâte se relâche et s’amollisse. Elle donne alors l’impression tactile d’un coussin qui aurait gonflé sous l’effet de la chaleur et qui, au contact d’une petite cuillère, retomberait imperceptiblement comme un soufflé. Une pâte magique ! La sensation est réjouissante et on en salive d’autant plus qu’avec la tiédeur obtenue, son bouquet se fait conquérant au nez.

L’onctuosité est retrouvée ! Le moelleux, le fondant et le coulant et cette tiédeur font le reste en bouche. Ce sont des saveurs jubilatoires qui prennent leur élan et s’épanouissent au palais. Le praliné est subtilement dosé et équilibré, balancé entre des notes sucrées, des notes grillées. Les arômes sont tonifiés par l’adjonction judicieuse de sucre glace. Ils sont exacerbés par ce croustillant qui sonne si bien à l’oreille et qui est succulent sous les dents.

Un vrai REGAL qui perdure en arrière-gorge et en longueur de bouche. Un seul mot d’ordre : y retourner ! La pâte à tartiner de Marthe est une pure gourmandise, naturelle, goûteuse,  à déguster sans modération. Son dernier petit clin d’œil ? Après son passage un peu brutal en mode réchauffage, elle gardera ensuite, jusqu'au fond du pot,et même froide, toute son élasticité, son épaisseur gourmande et son onctuosité, son croustillant et ses arômes de praliné à tomber !

photo chocolat