photo chocolat
Le chocolat dans tous ses états!

LES DELICES DE L’OGRESSE – Pâte à tartiner Cacao Noisettes

200 grammes

2 février 2019 :

Chocolat noir*° (34%), Amande*, Noisette* (20%), Sirop d’agave*, Huile de Colza*, Huile de noisette* (4,5%), Huile de tournesol* Préparée avec 45% de fruits secs

*ingrédients issue de l’agriculture biologique

On lui donne nos papilles sans hésitation. Parce que cette pâte-là, elle a un cœur gros comme ça, elle déborde de simplicité et de générosité, qui n’ont d’égales que sa finesse gustative. Elle procure de l’émotion et elle invite au voyage tous les sens. Riche des expériences passées de celle qui en est la créatrice, elle est un appel à la rencontre, un vibrant hommage à la terre, au vivant. A l’humain. Il suffit de mettre le nez dans le pot pour décoller. Elle est intense. Elle nait du sol, elle nait du soleil. Elle reconnecte au goût, sans artifice ou subterfuge. Elle est franche, entière. Les lyriques diront qu’elle est à se damner. Les efficaces diront qu’elle est trop bonne, ne tournons pas autour du pot et plongeons-y direct de toute façon y’a pas le choix. Bref, elle est tout simplement incroyable !

Les yeux en prennent plein les mirettes : d’abord par son packaging et son graphisme ludique et coloré, ponctué de petites bulles de bande-dessinée où s’inscrivent les qualités premières de la pâte. Ensuite par sa couleur, d’un beau brun qui aurait tendance, selon l’éclairage, à tirer sur le cuivre, et par son côté mat et sans reflet en surface. Sa très délicate granulométrie, qui affleure, vient renforcer la séduction visuelle.

Son parfum est un redoutable stratège. Il vient conquérir pas à pas, dans la modération, le nez. Il l’émoustille de petites touches de fruits secs alternées par des pointes boisées et acidulées.

Sa consistance est résistante, c’est plutôt signe de qualité et de naturel : ce ne sont pas les matières grasses ou le sucre qui priment, mais bel et bien les fruits à coque dont le concassage, l’émondage et la réduction donnent cette densité à la pâte. D’ailleurs, elle s’amollit divinement bien sitôt déposée sur la langue ; pour les plus exigeants, ne pas hésiter à réchauffer le pot pour que son onctuosité et son coulant fassent des ravages gourmands. A ce moment-là précis, la pâte se fait tigresse. Sa palette aromatique est simple et pourtant de toute richesse. Les noisettes, suivies de près par les amandes, prennent leurs aises au palais. Leur amertume subtilement torréfiée est arrondie par un chocolat de qualité et adoucie par l’agave, dont le pouvoir sucrant fait des miracles sans pour autant que son goût ne noie le reste. Par cette enchaînement de saveurs, la pâte montre ce qu’elle a dans le ventre : du bon, du naturel, de la puissance, de la noblesse. Son énergie s’étire sur une longueur de bouche qui saisit.

Qui dit pâte tigresse dit pâte enchanteresse. On ne peut que saluer le talent de l’Ogresse en sa cuisine pour convier les papilles à un vrai retour aux sources.

photo chocolat